Si tu viens chez nous, à Toulouse, on prendra soin de toi. On t’emmènera déambuler dans notre jolie ville rose, on te fera découvrir comme ici on prend le temps, on t’invitera à pousser les grandes portes de bois qui cachent de merveilleux hôtels particuliers, on te prêtera un panier pour aller au marché Victor Hugo ou à celui de Saint Aubin, on prendra un vélo, on flânera sur les bords de la Garonne, on fera une pause dans les transats du cloitre des Augustins ou dans ceux des Jacobins, on ira dans des lieux où le temps s’est suspendu comme le musée Labit ou l’hôtel d’Assézat, on poussera les portes du musée des Abattoirs, on s’émerveillera  devant les animaux et machines extraordinaires du Beau Manège, d’un coup de bicyclette on ira aussi au Matou, on fera un petit détour photo au Château d’eau, on traversera la Garonne par le Pont Neuf et on le retraversera par le Pont Saint Pierre, on se régalera d’un galette libanaise O Saje, on passera bien sûr par la place du Capitole et on s’y attardera un peu, les pieds dans la croix occitane, on n’oubliera pas Saint Sernin, si on a été bien organisés on ira écouter un beau concert à la Halle aux Grains ou au Bikini, si il fait beau on ira s’allonger au le jardin des plantes en grignotant des nems achetés au kiosque chinois, on visitera le Muséum et ses galeries d’animaux, on s’offrira quelques chocolats chez Criollo en contemplant la cathédrale St Etienne, on fera une autre pause gourmande tout à côté, chez Conté, notre pâtissier préféré, on sillonnera de place en place, on musardera dans les petites boutiques de la rue Bouquières, on fera nos emplettes dans les épiceries grecques ou espagnoles, on s’occupera de l’apéro à la Boutique des Vins, on fera une halte au marché des Carmes pour prendre de la charcuterie aux Domaines de la Piège, du bon pain de Cadenet, des fromages chez Senna, au fil des ruelles on s’arrêtera à l’Epicerie Moderne, on te fera découvrir nos bons petits restos et leurs chouettes patrons, et tellement d’autres choses encore. On t’emmènera aussi le long du canal du midi et un peu plus loin vers le Lauragais et, si c’est la saison, ses collines toutes jaunes de tournesols dont on ne se lasse pas. Et comme on on n’aura pas eu le temps de tout faire, il faudra que tu reviennes.

En attendant, voici non pas une petite violette de Toulouse mais une rose de papier. Emmène-là avec toi là ou tu retournes. En souvenir de ce moment passé ensemble. On t’embrasse. A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.